15. décembre 2016

Interview avec Serge Cornelissen, designer du système d'éclairage ARINI

Une symbiose unique entre lumière, multifonctionnalité et design caractérise le système d'éclairage innovant ARINI de Hess.
Avec le designer Serge Cornelissen, nous avons évoqué l'histoire de la conception,  la source d'inspiration ainsi que les nombreuses possibilités d'application du luminaire ARINI.

1. Vous avez conçu le système d'éclairage ARINI pour Hess. Sur quel concept
repose-t-il ?

À mon avis, les solutions existantes ne suffisaient pas. Bien sûr,  il existe de nombreux concepts d’éclairage urbains intelligents. Pourtant, souvent, je trouve qu’ ils ne contribuent pas à créer un impact visuel suffisant dans leur contexte urbain. C’est pourquoi, j’estimais important de concevoir un design  ayant un effet diurne tout particulier.  Car, dès qu’un luminaire est installé, il devient  objet pendant la journée. Dans ce contexte, je voulais combiner les fonctions qui étaient requises avec une série d’éléments de design, qui contribueraient à accroître le bien-être des gens.
À la recherche d’inspiration dans la nature, la forme d’un arbre ramifié – avec la possibilité d’y placer différents objets fonctionnels – m’est apparue comme une base satisfaisante.

2. La devise d’ARINI est « inspired by nature ». En quoi, selon vous, ARINI
a-t-il été inspiré par la nature ?

Lorsque vous recherchez des éléments décoratifs, qui procurent aux gens un sentiment de bien-être, cela vaut la peine de jeter un coup d'œil dans la nature. Comme évoqué précédemment, un arbre est déjà un bon point de départ. Toutefois, en tant que concept global, l’arbre ne suffisait pas, pour réaliser la fonctionnalité et la flexibilité que je désirais. L’idée fondamentale était la réalisation d’un « concept perroquets ». Un perroquet est un oiseau extrêmement flexible. Flexible, parce qu’il est indépendant et coloré, et parce qu’il se caractérise par de nombreuses  propriétés positives. Dans cette idée fondamentale, je pouvais rassembler tous les aspects nécessaires : la flexibilité dans le jeu de couleurs ainsi que l’intégration de la multifonctionnalité, comme par exemple des hauts-parleurs et des caméras.

3. Le design du luminaire, lui aussi, est exceptionnel. Qu’est-ce qui vous y a incité ?

Pour moi, il était important d’avoir une forme organique qui s’accorde avec l’arbre. Le perroquet m’a alors servi de modèle. J’aimerais aussi souligner un détail qui concerne la partie arrière des têtes de luminaire ARINI, qui peuvent être dotées d’un éclairage propre. J’ai imaginé  –  probablement à tort, puisque je ne suis pas biologiste  – que les perroquets utilisent les plumes de leur queue, pour attirer l’attention entre eux. Cette pensée a été pour moi  une source d’inspiration, qui m’a fait créer ces « feux arrière ».  Ceux-ci peuvent aussi attirer l’attention, dans le cas où l’éclairage principal est éteint : ils forment alors un élément caractéristique décoratif supplémentaire.

4. Dans la conception d’ARINI, en quoi consistait le défi ?

Pour moi, le plus grand défi était de trouver un rapport équilibré entre une forme élégante et le volume nécessaire à tous les composants. Bien que la tête de luminaire donne l’impression d’être très volumineuse, ses proportions sont parfaites. La forme peut sembler relativement simple. Pourtant, il nous a fallu plusieurs tentatives, pour finaliser ce design. Je suis pleinement  satisfait du résultat. 

5. ARINI est un « enfant » de notre époque: lumière, multifonctionnalité et design en sont les éléments caractéristiques. Comment avez-vous réussi à rendre cohérent ces différents éléments?

Je n’ai pas dû les rendre cohérent. En fait, une telle harmonie, une telle cohérence, existait au sein du concept dès le début. Lorsqu’un tel concept – un arbre, un oiseau -  existe avec un tel pouvoir d’imagination,  tous les éléments s'unissent d’eux-mêmes, harmonieusement, en un tout cohérent C'est précisément ce qui est bien.

6. Les exigences en matière d’éclairage sont désormais totalement différentes.
À quelle fin utilisez-vous la lumière ?

Pour moi, la lumière n’a pas seulement un caractère fonctionnel. C’est aussi un moyen de susciter des réactions émotionnelles. Compte tenu des possibilités actuelles  –  en particulier celles offertes par les LED  – de contrôler la couleur, l’intensité lumineuse et le type d’éclairage,  la lumière peut accomplir cette partie émotionnelle. Il est clair qu’avec la lumière, on peut améliorer  la visibilité d’un environnement. Mais au-delà, on peut aussi  peindre –  peindre avec la lumière.  On peut faire ressortir certains éléments, pour attirer l’attention des passants consciemment ou non. ARINI ne sert donc pas seulement à éclairer des rues et des places, ARINI est aussi créateur d’émotions et d’ambiances.

7. WLAN, haut-parleur ou caméra : avec ARINI on peut réaliser beaucoup de choses. Pourquoi toutes ces fonctions? 

Cette multifonctionnalité est essentielle – notamment pour suivre la tendance de l’urbanisation au niveau mondial. A l’heure actuelle, quasiment plus personne ne peut se  passer de WLAN. C’est pourquoi il est bon  qu’une telle fonction puisse être intégrée dans un système d’éclairage. Il en va de même pour des caméras et des hauts - parleurs: tous les éléments peuvent être montés dans les mêmes unités, dans la même structure et donc, dans le même design. Pour les architectes et les urbanistes, rien  n’est plus utile que de pouvoir réunir des fonctions aussi variées  dans un seul élément paysager.

8. ARINI existe dans d'innombrables variantes. Pourquoi cela est-il si important pour vous aujourd’hui?

Parce qu’aucune situation ne ressemble à l’autre. Il existe un grand nombre de situations différentes. Chaque situation pose ses propres exigences à l’éclairage. Plus un système est flexible, plus il peut répondre à un plus grand nombre de tâches. Plus les fonctions offertes sont nombreuses, plus le champ d’applications est vaste. C’est aussi simple que cela. Avec ARINI, nous pouvons couvrir les besoins les plus divers avec une seule installation. Ainsi, nous apportons une plus grande clarté dans les espaces urbains.

9. Pour quelles  applications ARINI est-il conçu ?

Tout d’abord pour des applications d’éclairage bien visibles en milieu urbain, comme par exemple pour des places, des galeries marchandes, des parcs publics et des jardins – mais aussi pour des carrefours ou des ronds-points. Lorsque j’ai conçu le design, j’ai constaté qu’ARINI avait  aussi un fort potentiel pour éclairer des environnements commerciaux - par exemple des bâtiments administratifs, des musées et des hôtels. Je peux très bien m’imaginer que des entreprises choisissent le design d’ARINI dans le but de faire passer un message concernant leur entreprise. Un système d’éclairage ARINI, installé sur l’esplanade du siège social d’une entreprise, ne laisse pas indifférent. Un design avec un niveau d’esthétique aussi élevé dispose de ce potentiel. 

Design(er) in motion - vous trouverez ici l'interview complète

Serge Cornelissen – Le design est sa passion  

Serge Cornelissen (1970) a étudié l’architecture au „Sint Lucas Institute“ à Gand, en Belgique. Il travaille avec beaucoup de succès comme concepteur de produits d’éclairage tant pour le domnaine intérieur que pour le domaine extérieur.
Avec son cabinet de design « serge cornelissen », ouvert en 1993,  il s’est spécialisé dans le design de luminaires et de systèmes d’éclairage architecturaux intemporels. Ses solutions de design, qui ont reçu des prix renommés, comme le red dot design award, ne portent pas d’écriture propre mais s’entendent plutôt comme des éléments esthétiques et fonctionnels, qui satisfont à certains besoins d’éclairage et de bien être dans un contexte architectural.

ARINI Brochure

DOWNLOAD (PDF, 2,88 MB)